Vacances de Noël sur la Carretera Austral et remontée vers le nord (20/12 – 5/01)

Le 20 décembre, nous quittons El Chalten, ainsi que tous les français qui y restent jusqu’à Noël car nous décollons dans un mois et il nous faut avancer. Nous roulons deux jours, avec des étapes dans des petites villes sans intérêt : Tres Lagos et Baro Caracoles. Le paysage est toujours légèrement vallonné, très aride et venteux.

Le 22 décembre, nous allons visiter la Cueva de Las Manos. Contrairement à ce que son nom laisserait penser, il ne s’agit pas d’une grotte mais d’une paroi rocheuse abritée, sur laquelle les hommes préhistoriques ont laissé leurs traces.

1

Bien qu’elles soient en plein air, les peintures sont parfaitement conservées, et nous pouvons admirer des chefs d’œuvre de différentes époques. D’abord, quelques 800 impressions de mains qui datent de 11 000 ans avant JC : certaines sont réalisées « en positif », la paume de la main ayant été apposée après avoir été enduite de pigments, mais la plupart sont des mains gauches « en négatif », comme réalisées au pochoir, dont une comptant six doigts !

2

D’autres peintures un peu plus récentes représentent des scènes de chasse : hommes, nandous et guanacos principalement ; et enfin la dernière partie de la paroi rassemble quelques symboles de leurs croyances d’il y a environ 5000 ans : insectes et formes géométriques.

3

La guide me demande des conseils de musiques français car elle parle assez bien et aimerait pratiquer. D’autres touristes lui avaient déjà donné une longue liste (M, Zaz, Clara Luciani…), que je m’empresse de compléter avec les Frangines bien sûr !

Avant de quitter cet endroit, niché dans un magnifique canyon, nous optons pour la voie la plus courte, qui nous oblige à prendre une piste au fort dénivelé. On le sait d’après notre appli pour voyageurs, il y a un vrai risque que ça ne passe pas, mais on tente le coup ! On a bien fait, après les Andes, on passe les doigts dans le nez !

Petite escale d’une nuit à Perito Moreno, (la ville, le glacier étant déjà loin de nous) pour recharger le gaz et remplir le frigo et on part pour la ville de Los Antiguos, nichée au bord du lac Buenos Aires, deuxième plus grand lac d’Amérique du Sud après le Titicaca. Le paysage est sublime !

4

C’est la capitale de la cerise, nous sommes justement au début de l’été, alors nous essayons de visiter des exploitations agricoles, des chacras. Malheureusement, nous sommes la veille de Noël et on elles ne sont pas ouvertes au public. Nous nous consolerons avec des groseilles cueillies en bord de chemin.

Le soir nous allons assister à la messe de Noël dans l’église du village. Nous sommes surpris par le peu de monde, et la simplicité du lieu. Néanmoins, la messe est très gaie, et les chants projetés sur le mur blanc nous aident bien à suivre. Comme d’habitude, Rosalie et Olivia sont un peu frustrées pendant la communion, car ici les enfants ne sont font pas bénir par le prêtre quand ils arrivent les bras en croix. Elles se rattrapent au moment de l’adoration du petit Jésus dans la crèche.

Au retour, le traditionnel chocolat chaud est remplacé par une mangue, on s’adapte ! Le lendemain, l’excitation est à son comble au moment de l’ouverture des cadeaux !

5

Guillaume et moi recevons de magnifiques dessins, tandis que les filles sont ravies de découvrir pas loin de 10 babioles chacune, et uniquement des surprises ! On n’avait pas arrêté de leur dire de s’attendre à très peu car nous ne pourrons pas nous charger lors de la suite du voyage, mais je n’ai pas pu résister : des souvenirs péruviens et boliviens (serre-tête, porte-clés, autocollants, ocarina, bracelets…), un DVD et un petit jouet chacune. Les grandes, pour les féliciter de leurs longues randonnées, reçoivent des bâtons de marche de la part de leurs marraines.

Après plusieurs heures au téléphone avec la famille au sens large, nous partons pour le Chili. Dès le poste-frontière de Chile Chico, la différence d’accent est frappante : notre Camille va à nouveau s’appeler Camilla et non plus Camicha !

Notre route continue à longer le lac, qui s’appelle de ce côté-ci General Carrera et nous rejoignons la fameuse Carretera Austral ! A l’origine, cette route a été construite par Pinochet afin de rejoindre les villes du Sud du Chili, qui étaient complètement isolées du reste du pays. La route, très réputée, passe par des paysages superbes : lacs aux eaux littéralement turquoises, fleurs multicolores à perte de vue, sans oublier la classique vue sur les sommets enneigés au loin.

6

Depuis le sud du Chili, nous avons peu à peu retrouvé des arbres, mais surtout des fleurs partout : fleurs des champs au ras du sol dans les coins les plus venteux, jacinthes en ville, lupins par milliers au bord des routes.

7

Après avoir contourné tout le lac sur une longue portion de piste, lors de laquelle nous prendrons deux stoppeuses israéliennes, nous arrivons à Puerto Rio Tranquilo, où nous retrouvons nos amis Isabelle et Aurélien, sous un bel arc-en-ciel.

8

Pour fêter Noël, nous partageons la bouteille de Fresita offerte en prévision par ma cousine Romina rencontrée à Buenos Aires. Il s’agit d’une sorte de mousseux au jus de fraise, c’est parfait pour moi !

Dès le lendemain matin (eh oui, ce sont les vacances de Noël, il n’y a pas d’école en ce moment !), nous allons voir avec eux les fameuses grottes de marbre.

Après avoir changé de prestataire, et en hésitant à cause d’une bruine persistante, nous avons finalement un bateau privé pour Isa, Auré et nous. Gentiment relookés grâce au capitaine qui nous fournit ponchos et gilets de sauvetage, nous pouvons y aller !

9

Ce lac est si grand qu’on pourrait presque se croire en mer des Caraïbes, avec une petite houle sympathique.

10

Nous commençons par longer la côte avant d’arriver aux premières grottes à proprement parler. Il s’agit de cavités creusées par les eaux à l’intérieur de ce marbre.

14

15

Marbre de différentes couleurs, mais en tout cas de qualité insuffisante pour avoir jamais été exploité, et tant mieux pour nous ! Notre petit bateau s’enfonce dans chaque grotte, nous mène vers « le tunnel », puis autour d’une formation rocheuse appelée « la cathédrale », suivie de près par « la chapelle ».

16

Effectivement, chaque structure repose sur des arches, semblables aux arcs-boutants, mais qui nous semblent bien fines au vu du poids de ce qui reste au-dessus de nos têtes !

18

Le retour au village se fait sous la pluie, que nous ne sentons pas car nous sommes déjà bien mouillés par les vagues.

Malheureusement la pluie s’invitera souvent au rendez-vous des jours à venir. C’est d’ailleurs pour cette raison que nous décidons de changer notre itinéraire. Finalement, nous n’irons pas sur la jolie île de Chiloé admirer ses églises en bois, car ce coin est réputé pour ses nombreuses pluies quotidiennes ; ce que nous confirment les blogs et photos de voyageurs. Il est vrai que le prix du ferry pour la traversée a fini de nous convaincre… On ne parle plus ici d’une heure de trajet, mais plutôt de 6 ou 8 !

Nous partons donc vers le nord et prenons en stop d’abord un couple de chiliens (pas bavards…), puis une Californienne. Nous passons une nuit calme à Coyhaique. Le lendemain, en quittant la ville, nous voyons non seulement que toutes les banques sont barricadées comme à Puerto Natales, mais aussi que plusieurs vitrines sont en miettes. Nous prenons un finlandais en stop, qui nous expliquera qu’il y a eu des heurts très violents la veille au soir, avec bombes lacrymo et canons à eaux. Ça nous rappelle les gilets jaunes que nous sommes contents d’avoir quittés, mais heureusement nous n’avons rien entendu là où nous étions garés !

Nous laissons ce stoppeur (très bavard, lui…) et nous arrêtons au bord du fjord Queulat, dont les eaux sont reliées à la mer.

19

Anafi 1.6.0

Nous retrouvons avec plaisir Aurélien et Isabelle, et leur T4 qu’ils ont aménagé eux mêmes ! La pluie se calme et, à force de remonter vers le nord, les températures s’adoucissent, ce qui nous permet d’organiser un apéro-dîner dehors tous ensemble.

20

Nous apercevons quelques dauphins, mais c’est surtout le lendemain au réveil que nous aurons la chance de voir de plus près un couple et son petit.

Sur ce, nous allons faire une balade dans le parc national Queulat pour admirer le glacier suspendu. La balade commence par la traversée d’une sorte de petite forêt tropicale, où les feuilles de nalca, rhubarbe géante locale, sont nettement plus larges que les filles !

21

Puis nous arrivons au bord du lac que surplombe le glacier Ventisquero Colgante. C’est vraiment très beau, surtout qu’on décide d’aller l’admirer d’en bas en bateau.

22

23

24

Ce qui est malheureux, c’est qu’au siècle dernier, le glacier arrivait 8km plus loin, et qu’au début des années 80, il atteignait encore la moitié du lac…

Après cette jolie balade, nous reprenons la route et retombons sur notre stoppeur finlandais… Nous n’avons pas trop le courage et lui adressons un pieux mensonge pour ne pas le prendre. Nous allons faire une pause de stoppeurs pendant quelques jours, ce qui nous met toujours un peu mal à l’aise quand on les voit attendre avec leur sacs au bord de la route, mais les dernières expériences n’ont pas été très concluantes. C’est sûr que ces backpackers ont moins de charme que les cholitas boliviennes !

Nous bivouaquons sur un magnifique spot de camping sauvage, en bord de rivière avec vue sur les sommets enneigés au fond, et en compagnie de quelques vaches.

25

26

Le lendemain, après une nuit spécialement calme, nous retrouvons une dernière fois Isa et Auré pour une baignade dans des thermes en pleine nature. La source chaude coule à 80 degrés, mais, mélangée à la rivière en contrebas, ça donne des bassins à 38 degrés.

28

C’est bien agréable, mais nous virons rapidement rouge écrevisse. Ça va bien avec le look des filles qui enfilent sans scrupules leurs sandales à scratch par-dessus leurs chaussettes pour aller plus vite en annonçant : « Maman, je sors en allemande ! »

Après un déjeuner en plein air, nous proposons aux filles, à Isa et Auré de leur présenter le sketch du petit nain. Souvenir d’enfance pour moi et d’intégration en prépa pour nous deux ! Les filles sont plutôt bon public… Sur ce, il est l’heure des au revoir, nous nous reverrons sûrement à notre retour en France !

Les jours qui viennent seront ponctués de jolies étapes le soir et de pas mal de route l’après-midi.

Le premier soir, nous trouvons encore un joli spot de camping sauvage au bord de l’eau.

Anafi 1.6.0

Le lendemain, Guillaume fera notre première lessive dans la rivière. Elle séchera pendant que les filles s’amusent.

31

32

A bord l’ambiance est plutôt calme et sereine. Les grandes ont troqué leurs parties de crapettes contre des parties de Petit Bac endiablées. Vu le contexte, elles ont pas mal d’idées en Géographie et Animaux ! Mais pour varier les plaisirs sans trop se compliquer la tâche, après avoir fait plusieurs fois chaque lettre en quelques jours, elles inventent de nouvelles catégories improbables « gastronomie et métiers » ou « véhicules et plantes ». Nous lisons tous beaucoup grâce aux 10 000 livres électroniques récupérés chez d’autres voyageurs, pendant que la Lunii d’Olivia tourne en boucle.

Le 31 décembre, nous repassons la frontière vers l’Argentine, sans savoir si nous retournerons au Chili pour une dernière incursion. Ça sera le cas si nous vendons le CC à Santiago. J’aurais aimé aller voir les fresques de street art à Valparaiso, mais on nous l’a déconseillé car la situation n’est pas du tout calmée là-bas… Notre réveillon n’a rien de festif car nous ne sommes pas dans une région touristique et on ne croise plus de voyageurs. Aux douze coups de minuit, nous sommes donc en route pour El Bolson, avec les filles qui dorment à l’arrière… On se rattrape le lendemain avec un menu qui sort du quotidien : du saumon fumé !

Les deux étapes suivantes seront à nouveau des spots sauvages fort jolis : l’un au bord de la rivière Rio Limay, l’autre au bord du lac artificiel Embalse Exequiel Ramos Mexia.

33

3536

37

A chaque fois c’est l’occasion d’observer un peu la faune et la flore, de se baigner, de rencontrer des locaux en vacances… Ils sont très chaleureux et nous proposent souvent de partager leur encas : là, des tortas fritas encore chaudes (sorte de pain brioché frit dans l’huile), ici des croissants fourrés au dulce de leche…

33B

34

Avant d’arriver à Mendoza, nous visitons le musée paléontologique d’El Bolson qui comprend de nombreux squelettes de dinosaures trouvés dans la région. Une activité de fouille est proposée aux enfants, mais la chaleur est insoutenable et on doit y renoncer…

38

Notre étape du soir est dans un grand camping qui présente l’intérêt de proposer une piscine. Comme souvent ici, l’accès n’est autorisé qu’après vérification des pieds et des cheveux par une infirmière, afin d’éviter les poux et les verrues !

Le 5 janvier, nous arrivons à Mendoza ! La ville ne présente pas beaucoup d’attraits touristiques et certains vols sont répertoriés sur notre appli, nous décidons donc à nouveau d’aller au camping en dehors de la ville. A l’ouest, la route de Santiago, à l’est celle de Cordoba et du Paraguay. Il est temps de trouver une solution pour le CC puisque notre route en dépendra. Guillaume profite donc de leur Wifi pour relancer les personnes intéressées par le CC, et ça marche ! La personne rencontrée début octobre au Paraguay se décide enfin, malgré les droits d’importation de près de 40% ! Nous n’avons donc pas besoin de repasser au Chili. L’acquéreur marie son fils bientôt, du coup Guillaume ira le lui déposer presque au dernier moment. En attendant, on a le temps, donc on va en profiter pour se poser un peu plus !

4 commentaires sur “Vacances de Noël sur la Carretera Austral et remontée vers le nord (20/12 – 5/01)

  1. Que de beaux paysages dans ces contrées lointaines! ! Ravi que vous ayez passé ce magnifique Noël en famille…et que le CC soit pratiquement vendu.
    C’est encore le moment de vous souhaiter une bonne et heureuse année 2020 sur les routes du monde…

    J'aime

  2. Merci pour ces photos magnifiques qui égayent notre quotidien rouennais bien humide et gris ! Bonne année à tous et surtout à ma filleule la grande randonneuse 😘😘

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s