En route vers la Bolivie (28 août – 5 septembre)

Après avoir quitté Cusco en direction du Lac Titicaca et de la Bolivie, nous faisons une première halte en contrebas de la route, au bord d’une petite lagune.

En dehors des quelques chiens auxquels nous commençons à nous habituer, la nuit est très calme.

Nous reprenons la route le lendemain, rapidement après l’école. Dans ces cas-là, Olivia et moi sortons du camping-car pour laisser les grandes travailler, et allons nous installer à l’extérieur, en l’occurrence sur un banc au bord de la lagune.

Sur la route, le paysage change petit à petit : nous arrivons au début de l’Altiplano, gigantesque plateau qui couvre le sud-est du Pérou et l’ouest de la Bolivie, bordé par endroits de sommets culminant à 5000 voire parfois 6000 mètres.

Après les lacets sinueux qui nous avaient permis de grimper dans les Andes, cette route quasi rectiligne file à travers le plateau dont la végétation rappelle une sorte de steppe, et nous permet d’avancer à bonne allure. Les paysages me rappellent la Mongolie.

DSC_1498

DSC_1496

On croise régulièrement des flamands roses, qui barbotent dans une eau souvent verdâtre et pleine de déchets…

Marguerite a repéré sur la route des sources chaudes, bien nommées Aguas Calientes. Nous décidons de nous y arrêter pour la nuit pour pouvoir en profiter le lendemain matin et nous garons donc sur le parking pour la nuit.

Le lendemain, comme prévu, dès la fin de la classe, nous partons nous baigner dans les piscines aménagées. Il y a près d’une dizaine de bassins de différentes tailles. L’eau coule directement de la montagne, affleure par endroits dans de petites mares bouillonnantes et vient remplir les différentes piscines par un système de rigoles. La température de l’eau doit varier entre 35 et 39 degrés en fonction des bassins, idéal ! Ce jeudi 29 est un jour férié dans la région, veille de Sainte Rose de Lima, et pas mal de familles péruviennes viennent se baigner. Nous sommes les seuls étrangers et une nouvelle fois les filles ont leur petit succès.

Le soleil tape fort et Olivia, Rosalie et Marguerite attrapent de sérieux coups de soleil. Nous avons été totalement imprudents sur ce coup-là, et ce n’est pas faute d’avoir vu les péruviens se badigeonner de crème. Avec une température extérieure assez fraîche et une exposition assez courte, nous avons naïvement pensé que nous ne risquions rien…

IMG_E5047

Nous reprenons la route après le déjeuner et arrivons en fin de journée dans la petite ville de Lampa, à une quinzaine de kilomètres de la route principale. Nous dormons sur une petite place, au pied de la mairie, avec la bénédiction de la police locale.

DSC_1499-Lampa

Le vendredi 30, c’est la Sainte Rose de Lima. Avec Olivia nous assistons à la messe pendant que les grandes travaillent, puis suivons un petit défilé dans le village, mené par quelques militaires de passage. Nous déambulons dans le village, et la statuette de Sainte Rose de Lima finit sa course devant le poste de police pour y être exposée. L’immersion est totale !

DSC_1506CSC_1523
DSC_1514

Nous arrivons à la nuit tombée au bord du lac Titicaca, dans la ville de Puno. Nous ne sommes toujours pas tranquilles à l’idée de dormir en camping sauvage dans les grandes zones urbaines. Marguerite nous déniche un très bel hôtel qui surplombe le lac sur ioverlander. Seul bémol : aucun commentaire dans l’application ne laisse penser qu’il est possible d’y passer la nuit autrement que dans l’hôtel lui-même. Aucun témoignage de voyageur en véhicule. Nous décidons de tenter le coup et après une rude montée dans la poussière nous arrivons devant le portail clos. Victor, le gardien, nous accueille à bras ouverts ; je ne sais pas si cela a joué mais pour mettre toutes les chances de notre côté, Olivia et Rosalie sont venues prendre part à la discussion. Aucun problème pour passer la nuit, il semble ravi et s’inquiète même de la température que nous aurons dans le véhicule pendant la nuit. Petite frayeur néanmoins au bout d’une vingtaine de minutes : le patron de l’hôtel arrive et – malgré l’enthousisame de Victor – ne semble pas enchanté de notre présence. Il accepte finalement, ouf !

Avec sa femme il devient même de plus en plus accueillant le lendemain matin en nous proposant du café, et surtout de nous installer dans la salle de restaurant qui donne directement sur le lac pour la classe !

IMG_5137IMG_E5139

Le site est magnifique. Nous sommes entourés d’une quinzaine d’alpagas qui broutent paisiblement.

DSC_1528

Avant de repartir, nous partons nous balader pour essayer de prendre encore un peu de hauteur afin d’apercevoir les fameuses îles de roseaux au large de Puno.

DSC_1525

Le relief ne nous le permet finalement pas, mais la vue sur l’Altiplano est superbe.

IMG_5143

Nous n’irons pas voir ces îles en bateau pour 3 raisons : 1/ elles sont devenues de véritables attractions, 2/ cela nous obligerait à trouver un nouvel endroit pour laisser le CC dans cette grande ville, 3/ quitte à prendre le bateau nous préférons miser sur les îles du Soleil et de la Lune, côté bolivien.

Nous poursuivons donc notre route vers la frontière et nous arrêtons à une vingtaine de kilomètres de celle-ci directement au bord du lac. Nous partageons le spot avec quelques vaches, des cochons et des moutons. L’endroit est très tranquille.

DSC_1540

Ayant appris que le dimanche 1er serait une journée sans voiture en Bolivie, nous décidons de passer une seconde nuit au même endroit. Les filles partent à l’aventure avec leurs arcs, observent les animaux et jouent avec une petite fille du coin.

DSC_1539

P1080261Le passage de frontière se passe sans encombre. Vérification rapide du véhicule tant à la sortie du Pérou qu’à l’entrée en Bolivie, sans plus. Nous avions pris soin de cacher nos fruits et légumes frais au risque de nous les faire confisquer, mais le douanier bolivien ne s’est même pas donné la peine d’ouvrir le frigo… Sans regret : Camille – qui a activement participé à cacher les quelques bananes et tomates litigieuses – aura eu l’impression de participer à une sorte de mission secrète en bravant l’interdit…

Nous arrivons dans la journée dans la petite ville de Copacabana, nichée dans la péninsule du même nom, à quelques kilomètres après la frontière. C’est cette ville qui a donné son nom à la plage éponyme de Rio de Janeiro.

Au programme des deux jours qui arrivent : visiter les deux îles évoquées précédemment et faire bénir le CC. C’est la spécialité de la ville. Boliviens et Péruviens viennent de loin pour cela, sans parler bien sûr des étrangers de passage.

Nous demarrons par les îles, le mardi matin. Départ à 8h30 en bateau pour la journée.

DSC_1570

Après 2h de navigation à toute petite allure, nous arrivons sur l’île de la Lune. Une petite communauté vit ici. Nous faisons un tour rapide, visitons les ruines du temple de la Lune, sans grand entrain au regard des quelques vestiges qui demeurent.

A défaut d’avoir visité les îles de roseaux, nous avons un petit aperçu du folklore dont on nous avait parlé…

DSC_1552

Le bateau nous emmène ensuite sur l’île du Soleil où nous passons quelques heures avant de repartir. Après deux pizzas, nous grimpons en direction des ruines, mais la montée est assez rude et les deux petites peinent rapidement. Marguerite et Camille partent devant, elles n’auront pas le temps d’atteindre les ruines incas ou le mirador, mais elles auront quand même bien profité du panorama sur le lac !

DSC_1558

Pendant ce temps-là, je lève le pied avec Olivia et Rosalie pour admirer les ânes et autres attraits plus « accessibles » de cette petite île.

Nous nous retrouvons sur le bateau pour le trajet retour.

DSC_1567

Bilan : 5 à 6 heures de bateau et quelques visites un peu au pas de charge, pas passionnantes – probablement parce qu’insuffisament préparées. Mais sans regret ! Nous aurons bien profité du lac et du paysage.

Le lendemain, nous quittons Copacabana. Une dernière étape avant de prendre la route : la fameuse bénédiction. Il y en a deux par jour en semaine et quatre les jours de week end. Rendez-vous devant l’église. La coutume veut que l’on décore le véhicule avec force fleurs, guirlandes et autres objets pailletés. On nous propose même une bouteille de mousseux pour arroser le CC à l’issue de la bénédiction…

Nous sommes quittes pour un chapeau, une guirlande en plastique et quelques fleurs.

DSC_1575

Le prêtre arrive, très ponctuel, et après une brève prière, asperge le véhicule – et nous par la même occasion – d’eau bénite. Ça va très vite car contrairement aux véhicules derrière nous, nous ne faisons pas bénir d’objets particuliers, ni l’intérieur du moteur, ni la carte grise…!

DSC_1587

Nous achetons également un chapelet à suspendre au rétroviseur, on ne fait pas les choses à moitié ! Les filles préfèrent ceux en plastique rose, nous imposons le bois. Pour aider Rosalie à se plier au choix de ses soeurs, Marguerite lui propose de le porter autour du cou toute la journée en l’honneur de sa fête (nous sommes le 4 septembre). Elle est ravie de cette idée et aura même du mal à le quitter pour la nuit. Elle décide même d’une nouvelle tradition : celui dont c’est la fête, l’anniversaire ou même le demi-anniversaire pourra le porter toute la journée ! Camille qui a presque 10 ans et demi, n’est pas spécialement emballée par cette idée…

Une fois bénis, nous quittons Copacabana pour rejoindre La Paz. Encore une fois la route est superbe et l’on enchaîne les panoramas sur le lac, parfois des deux côtés de la route.

Une femme en habits traditionnels attend son bus au bord de la route, nous la prenons en stop, elle fera tout le trajet avec nous jusqu’à La Paz. Elle est très discrète et parle peu, elle est sûrement intimidée. Quand on lui montre la carte pour voir où nous pouvons la déposer, nous réalisons qu’elle ne doit pas savoir lire. En tout cas, elle avait l’air contente de son trajet et nous a assurés de ses prières ! C’est la troisième fois que nous prenons quelqu’un en stop, ça a l’avantage de calmer un peu les filles.

A l’extrémité de la péninsule de Copacabana, nous devons traverser le lac sur quelques centaines de mètres à l’aide d’un bac. Même en l’absence de courant, nous sommes sévèrement ballottés !

20190904_162129DSC_1592

Comme de nombreux voyageurs en véhicule, nous choisissons de ne pas entrer dans La Paz avec le CC mais plutôt de nous arrêter au parking de l’aéroport.

Nous y arrivons à la nuit tombée après avoir lutté pendant plus d’une heure dans les bouchons, à naviguer entre les « collectivos », sortes de minibus de transport en commun. La circulation est pire qu’au Pérou et cette arrivée est assez laborieuse !

Quitte à être à l’aéroport nous en profitons pour dîner sur place, ça nous change un peu !

Depuis trois ans, La Paz bénéficie d’un réseau de transport en commun un peu particulier, constitué d’une dizaine de lignes de télécabines. Idéal pour visiter la ville ou du moins en avoir un aperçu ! Les filles sont ravies de ce petit dépaysement qui leur rappelle le ski.

IMG-20190905-WA0003.jpeg

Notre passage à La Paz est assez bref : 2 nuits et une journée, bien remplie du coup. Visite rapide du centre le matin, déjeuner chez la soeur de la nounou des cousins de Marguerite (si si). Marguerite connaît Edda depuis son enfance alors quand celle-ci nous a dit que sa soeur vivait à La Paz, on a sauté sur l’occasion.

L’après midi, nous allons nous promener dans le « marché des sorcières » où foetus de lamas côtoient diverses potions et offrandes… Amour, argent, santé : tout est possible !

DSC_1606

Ça n’était pas arrivé depuis longtemps mais il pleut. Nous avions prévu un grand tour en téléphérique au dessus de la ville mais la visibilité est trop réduite. Nous écourtons donc la balade et rentrons à l’aéroport pour notre deuxième et dernière nuit à La Paz. Le lendemain, réveil sous la neige, qui ne tient pas heureusement, avant de prendre la route vers le sud-ouest en direction du parc national de Sajama où culmine le volcan du même nom, à plus de 6000m.

 

4 commentaires sur “En route vers la Bolivie (28 août – 5 septembre)

  1. …. rien.a.voir. chez les.charpi…… notre petite olympe est.née hier.soir.
    tout le monde.est heureux..!!!
    .merci pr.ce blog que.je.lis avec assiduité. .. merci de.nous faire.vivre vos découvertes… je pars.en.voyage a chaque.lecture

    Aimé par 1 personne

  2. Génial ce voyage!!
    Je me remémore mon périple d’il y a 15 ans (aïe) qui avait beaucoup de similitudes avec le vôtre!! J’adore !!!
    Profitez bien de ces moments uniques!
    Tout va bien ici, on a repris tranquillement le chemin de la rentrée… on vous embrasse

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s