Le camping-car au quotidien…

Après quelques semaines de voyage et alors que nous venons de quitter le Pérou pour rejoindre la Bolivie, voici un petit article fourre-tout pour vous présenter notre nouveau mode de vie.

En effet, même si à travers nos récits détaillés vous arrivez sûrement à imaginer notre rythme, il est vrai que beaucoup d’entre-vous n’ont pas (encore) expérimenté les vacances en camping-car et se demandent peut-être comment on tient à cinq dans un si petit espace.

Comme on l’a déjà dit, nous sommes vraiment bien installés, on ne manque de rien !

Petite présentation de la bête…
À l’extérieur, une grande soute, qui contient les meubles de jardin, un tuyau pour faire le plein d’eau, les bagages pliés, les bidons d’eau potable, un sac de couchage en plus en cas de grand froid, quelques outils et accessoires, un extincteur et un triangle (depuis notre entrée en Bolivie où c’est obligatoire), les arcs des filles… On pensait qu’elle serait juste et finalement c’est le contraire !

Pour monter à bord, nous disposons d’un marchepied électrique bien pratique, qui n’a qu’un défaut, celui d’émettre une sonnerie stridente si par hasard on essaie de démarrer avant de l’avoir rabattu.

Dans notre « entrée » (la porte, ndlr), nous avons fixé des grands vide-poches et des porte-manteaux, que nous utilisons pour ranger ou accrocher les chaussures, et ce d’autant plus depuis que nous avons semé une sandale de Rosalie en ouvrant la porte…

Notre salle de bain contient plein de placards, dont un digne du stock de la meilleure pharmacie parisienne, un (tout petit) lavabo, des toilettes tournantes avec trappe, une douche avec mitigeur et un sèche-linge rétractable.

IMG-20181222-WA0007.jpg

Dans notre cuisine, nous avons un petit frigo qui fonctionne depuis qu’un gentil voisin du camping de Cusco nous a aidés à le réparer, trois plaques au gaz, un petit évier et des rangements. Nous avions opté pour de la vraie vaisselle, moyennant quoi nous avons déjà cassé deux verres dans les nombreux cahots des routes…

20190209_130858

Notre double dînette se compose de deux tables et 6 places assises, nous sommes donc relativement au large, sauf quand nous faisons des dîners à 8…!

IMG-20181222-WA0004.jpg

Pour les couchettes, nous avons un grand lit double avec couette, alors que les filles ont préféré des sacs de couchage (et des couettes en plus car il fait quand même bien frais la nuit !) Camille a la couchette du haut, Rosalie celle du bas, que nous avons raccourcie afin de créer celle d’Olivia, qui elle se retrouve sur un matelas pas bien grand, à cheval sur l’espace gagné sur Rosalie et sur la penderie que nous avons condamnée. Tout cela faisait partie de nos petits aménagements d’avant le départ, que nous avions déjà évoqués il me semble.

Nous avons des coffres de rangements sous les banquettes pour les blousons chauds et les chaussures, ainsi qu’un grand placard au-dessus du lit d’Olivia, qui contient le linge en rab, quelques jeux, les appareils photos, les manteaux et doudounes et surtout tout le matériel d’école. Il reste 6 petits placards, un pour la télé et les DVD et un par personne pour les vêtements. Ils ne sont pas grands mais contiennent beaucoup !

Pour faire tourner tout ça, nous faisons le plein de Diesel deux fois par semaine, dans une station appartenant à un réseau national ou international, on ne nous y reprendra plus avec l’essence de piètre qualité !

Nous remplissons notre réservoir de 120L d’eau dès qu’on approche de la moitié, soit dans un camping, soit dans une station service. Et pour vider les eaux usées, c’est toujours Guillaume qui s’en occupe, et vu le manque d’infrastructures ici, c’est parfois un peu n’importe comment…

Après avoir eu du mal à trouver nos bonbonnes de gaz locales, nous n’avons pas encore épuisé la première d’entre elles. Le gaz alimente le frigo quand on ne roule pas, la gazinière évidemment, le chauffe-eau et le chauffage qu’on allume une heure le soir.

Si vous avez trouvé le descriptif de notre camping-car alléchant, sachez qu’il est en vente à partir de janvier au Chili ou en Uruguay. Descriptif sur demande !

Nos bagages
Nous avions essayé de prendre dans nos valises tout types de vêtements, du plus léger au plus chaud, et chacun en un ou deux exemplaires. La complexité tenant au fait qu’on peut rencontrer toutes les températures en une seule journée ! J’ai choisi des vêtements simples à laver, sans repassage obligatoire, des pièces techniques et d’autres un peu moins laides. Les filles et moi avons grosso-modo la même chose ; quant à Guillaume c’est lui qui voyage le plus léger.
C’est nettement plus que d’autres voyageurs, mais finalement moins que ce qu’on prend habituellement en vacances… Je ne voulais pas être dépendante des machines et avoir un peu de variété quand même ! Tant que ça tient dans les bagages, et dans les placards !

Nous en avons déjà semé, sans compter ce qui nous a été volé dans le camping-car et dans le sac à dos :
⁃ les ciseaux de classe de Rosalie confisqués à l’aéroport
⁃ Le doudou de Rosalie oublié sous un oreiller dans un hôtel des Galápagos
⁃ La sandale de Rosalie
⁃ Un débardeur, un T shirt et des chaussettes de Camille, probablement volés dans une lavanderia

Gestion du linge
Je pensais avant le départ alterner entre des Lavomatics et des lessives à la main. Finalement les premiers n’existent pas ici, tout le monde confie son linge à des particuliers qui nous rendent le tout le lendemain plié. Ça ne coûte vraiment pas cher, alors il est rare que j’aie besoin de sortir ma bassine et ma lessive ! Et tant mieux ! Le linge revient toujours très parfumé, ce qui me change de ma lessive fait-maison, mais pas forcément bien lavé. Sans compter les vêtements rétrécis dans les sèche-linge, perdus, etc. Vu les commentaires que j’avais lus sur certains blogs, je liste systématiquement tout ce que je leur confie, mais pour l’instant ça n’a pas suffi à retrouver les vêtements manquants quand il y en avait.

Bref, au-delà de ces petits aspects matériels,voici le déroulé d’une journée-type. Bien qu’il n’y ait pas vraiment de journée-type en vérité…

Lever
Guillaume est toujours le premier levé, avant 8h. Notre thermomètre n’est pas fiable, mais il fait très frais, entre 11 et 15 degrés, ce qui n’est pas si mal au regard de la température extérieure qui frôle le 0 chaque nuit ! Après une mise en route un peu longue, et inversement proportionnelle à la température, c’est le petit dej, qui ressemble fort à ce qu’on pourrait trouver en France, en moins bon il faut l’avouer : tartines, jus de fruits, céréales… Puis on essaie de commencer l’école entre 9h et 10h, bien plus proche de 10h en général.

École
Je m’occupe des grandes, tandis que Guillaume s’occupe d’Olivia (et souvent de plein d’autres petites corvées).

On a commencé l’école mi-août et on fait classe 5 jours par semaine, parfois plus. Les week-ends sont décidés en fonction des activités et non des jours de la semaine.

unnamed (1)

Le Cned de Camille lui prend du temps, c’est assez rébarbatif, surtout les domaines lecture/écriture. Le reste (étude de la langue et surtout maths) va assez vite. Néanmoins, elle se laisse facilement déconcentrer, et si on est sérieuses, à savoir si elle copie sa leçon du jour, se corrige, fait les exercices complémentaires en ligne et son anglais, on arrive presque à 3h de classe !

Quant à Rosalie, je lui ai fait un petit emploi du temps avec ce que j’ai récupéré dans ma classe : tous les jours écriture et calcul mental, une page de fichier de maths (elle avance très vite en numération) et une activité en plus en lecture, poésie ou étude de la langue. Elle a les mêmes cahiers de leçons qu’avaient mes élèves, leçons qu’elle colle ou copie en fonction de ce que j’ai apporté.

Les deux grandes se remettent aussi péniblement au solfège, évidemment elles ne savent presque plus lire une note ! J’ai apporté les fichiers de Dandelot et un jeu de Flashcards pour travailler ça.

Pendant ce temps, Guillaume s’occupe d’Olivia. D’abord il doit la convaincre de mettre son patch occultant sur l’oeil. Elle doit le porter 3 heures par jour depuis juste avant le départ et c’est toujours une bataille… Mais il y a du progrès depuis qu’elle les enlève toute seule ! Ensuite, ils font la classe. Parfois ça consiste en observation du monde qui nous entoure mais parfois c’est très organisé : météo, humeur du jour, gommettes, coloriage, chansons, graphisme, et même peinture ! Il a de bons souvenirs des cahiers de Camille et Rosalie au même âge et on dirait qu’il a fait ça toute sa vie !

Le ménage
À cinq dans un espace si réduit, le ménage est très fréquent : coup de balai deux fois par jour (surtout sous la place d’Olivia après le goûter), serpillère (à l’éponge, vu la surface ça suffit), poussière de la route qui s’incruste partout, salle de bain un peu moins souvent…
Guillaume et moi sommes assez à cheval sur le rangement car on n’a pas la place de laisser traîner des choses. De même, on ne peut pas se permettre de laisser de la vaisselle sale dans notre évier de 30 cm, sinon on n’en a plus pour le repas suivant…

Déjeuner
Après la classe, on déjeune rapidement, soit en pique-nique amélioré dans le camping-car, soit dans un restau si on n’a plus rien dans le frigo. Ce qui arrive souvent car pour l’instant les courses ne sont pas si simples que ça.
Nous pensions prendre pas mal de repas dehors, mais finalement c’est une petite logistique de tout sortir, et comme il fait souvent un peu frais, on se facilite la vie en restant dedans.

Les courses
Dans les grandes villes, on trouve des supermarchés comme chez nous, mais c’est loin d’être le cas partout ! Même si on trouve des Minimercado partout, on n’y trouve souvent que du soda, des chips et parfois des pâtes et des gâteaux. En cherchant un peu on trouve sans trop de mal du pain, du thon en boîte, des œufs, des fruits et des légumes, mais pour tous les produits frais c’est beaucoup plus compliqué. Le beurre et les yaourts sont faciles à trouver mais ils sont vendus à même l’étagère, sans frigo, donc on évite la plupart du temps… Sans parler de la viande ! On est en train de devenir végétariens malgré nous. Tant mieux pour la planète !

Mises en route
Quand on voyage en camping-car, chaque départ prend pas mal de temps.
Déjà, anticiper, pour voir ce qu’il faut ranger dans la soute, remplir éventuellement l’eau, vider les ordures et les eaux sales. Puis rassembler les filles qui jouent quelque part, vérifier qu’elles sortent des activités, gérer les disputes liées aux places, attacher Olivia qui ne veut pas être dans son siège, etc. Pendant ce temps, faire chauffer le moteur pendant 1/4 d’heure. C’est la technique qu’on nous a donnée pour aider le CC à supporter l’altitude en faisant monter la température avant le départ et ça marche. Puis éteindre le gaz, vérifier que tous les placards sont fermés et que rien ne traîne.
C’est bon, on peut partir !

Trajets
L’après-midi, on reprend la route ou au contraire on part se balader là où on est. On roule en moyenne deux grosses heures par jour. Au Pérou les routes étaient en bon état, mais les conducteurs étaient souvent très imprudents, donc Guillaume devait rester vigilant. Ah oui, au fait, je ne conduis pas encore le CC, et vu toutes les situations qu’on a rencontrées (panne, demi-tours, pistes, animaux qui traversent, fous furieux…), c’est sans regret pour l’instant ! Je sers de copilote à l’aide de deux applis sur mon téléphone, je vais parfois sonder le chemin quand il est trop pentu, étroit, etc., je prends quelques photos des paysages (pas assez à mon goût, mais on ne peut pas s’arrêter tous les kilomètres…!)

IMG_E5231

Lors de ces trajets en voiture, les filles s’occupent avec des legos, de la pâte intelligente, des devinettes, etc. Regarder le paysage est aussi une vraie occupation en soi, surtout quand on cherche les animaux. On chante aussi pas mal grâce à notre lecteur CD (« les Frangines »…!)

Elles ne lisent pas, jusqu’à présent les routes tournaient beaucoup trop pour l’envisager. En revanche elles se disputent évidemment pour un oui pour un non…!

Elles continuent à regarder Les Cités d’Or, un ou deux épisode à chaque trajet, cela les énerve moins que le soir. Merci d’ailleurs à nos amis du camping de Cusco, grâce à qui on a pu les enregistrer sur l’ordinateur. Plus besoin de Wifi !

Le soir, si possible Rosalie travaille un peu sa flûte, pour l’instant on est sur un rythme d’une à deux fois par semaine, mais c’est en progrès…

IMG_5214

Douches et Cie
Pour les douches, on a instauré un roulement. Une seule fille par soir, un shampooing une fois sur deux ! Que ce soit au camping ou dans le camping-car, c’est toujours un peu compliqué pour les petites. En effet, le soleil se couche vers 18h, ensuite il fait nuit noire et comme ça fait un moment que nous sommes en altitude, il fait froid !
Sinon, pas de vraie différence avec la France, grâce à notre salle de bain tout équipée et notre chauffe-eau. Attention, il ne contient que 12 litres, donc pour le coup on est économe en eau !

Dîner
Pour le dîner, c’est presque toujours dans le camping-car, et c’est basique: œufs, légumes, pâtes, riz, popcorns… Pour l’instant ça va encore, mais on sent qu’on va vite tourner en rond. Parfois on aimerait avoir un four…

Coucher
Les filles se couchent assez tard, comme à la maison, à 21h passées. Le soir est souvent un moment très compliqué, avec des crises et caprices des unes et des autres. On est soulagé quand elles sont au lit car elles s’endorment toujours instantanément ! Une fois tranquilles, on est souvent sur internet, à rédiger le blog, prévoir la suite de l’itinéraire, discuter avec d’autres voyageurs sur des forums, ou régler des détails administratifs (frontière, vente du CC…).

Vie de famille
Nous savions que la cohabitation serait parfois (souvent) compliquée. À la maison, nous ne sommes pas tout le temps ensemble. Nos boulots, l’école, les invitations des uns et des autres, sont autant d’occasions de prendre l’air et de se retrouver avec plaisir. À part les familles croisées pour un jour ou deux, nous fonctionnons dorénavant en vase clos, même si finalement nous nous séparons régulièrement en deux groupes. On nous avait annoncé 1 à 4 mois pour que chacun prenne ses marques et que les disputes se calment.

On attend de voir, il y a peut-être un mieux du côté des disputes, on croit déceler une solidarité et une proximité qui s’installent entre les filles. Elles jouent effectivement beaucoup plus ensemble, soit en binômes, soit toutes les trois, lors des trajets, mais surtout en pleine nature. Souvent on ne les voit plus, elles jouent aux petites aventurières dans leurs cabanes, avec leurs arcs. C’est une vraie découverte pour nous de les voir comme ça, indépendantes et moins effrayées par tous les animaux qu’elles peuvent croiser.

DSC_1535

DSC_1536

Maintenant, nous espérons que leurs caprices, crises inexpliquées, refus d’obéir, etc. vont s’atténuer avec le temps. On ne parle pas des trois filles sur ce point, ceux qui les connaissent bien savent qui est visé plus particulièrement…

Quant à nos rituels d’histoires et de jeux, ils ne sont pas encore très différents de ce qu’ils étaient. Nous jouions pas mal et continuons, même si la différence d’âge complique les jeux à 5…

L’espagnol
Guillaume qui a suivi des cours intensifs depuis octobre via Skype se débrouille. De mon côté, j’ai suivi quelques cours et depuis je suis sur une appli qui n’avance pas. Je baragouine, sans conjugaison, mais quand ce n’est pas trop compliqué les gens me comprennent. L’inverse n’est pas toujours vrai… Les filles ont assimilé quelques mots de base pour se présenter ou pour déchiffrer des indications. Ce n’est pas encore beaucoup, ça dépendra sûrement de nos rencontres futures…

5 commentaires sur “Le camping-car au quotidien…

  1. Merci pour cet excellent topo sur votre vie au quotidien: il est très important de maintenir une bonne ambiance et d’appliquer quelques règles communes dont il ne faut pas déroger. Je suis admiratif notamment sur l’organisation scolaire à bord du CC, et cela à différents niveaux. La géographie, l’histoire, les traditions et les particularités locales peuvent également servir à enrichir les apprentissages de chacune.
    Bonne route et, avec deux jours de retard, bonne fête à Rosalie!

    J'aime

  2. Merci de nous donner tant de détails sur votre nouvelle vie nomade ! Marguerite, tu as dû en passer du temps à rédiger ce long message, mais c est vraiment sympa de le lire. Bonne semaine ! Bises.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s